Objectif Lune

 

 

Le premier homme de l’espace, Youri Gagarine, est Russe.

Les américains, battus par les soviétiques, n’ont plus qu’un objectif, celui de fouler pour la première fois le sol de la Lune. Kennedy alloue un gros budget au projet Apollo.

« Le monde a les yeux tournés vers l’espace. Nous irons sur la Lune d’ici 10 ans et bien d’autres choses encore. Pas parce que c’est facile, mais parce que c’est difficile. »

1964

Les américains rendent publics les avancés de la Nasa, alors que les soviétiques travaillent toujours en secret.

Les budgets alloués ne sont pas équitables.

Les américains ont déjà leur fusée : la Saturn, alors que celle des russes, la N1, n’est qu’a l’état de projet.

La Saturn sera dotée du moteur F1, encore a l’état de prototype, qui pose quelques problèmes de mise au point.

Les premiers essais ne sont pas concluant, les moteurs explosent.

Von Braun a besoin de 5 moteurs parfaitement synchronisés pour sa fusée.

En Russie, Korolev cherche une nouvelle fois l’appui de Gloushkov. Ses moteurs ont propulsé Spoutnik et Youri Gagarine. Il espère ainsi décrocher le financement adéquat pour poursuivre son projet.

Mais les deux hommes sont en désaccord avec le type de carburant a utiliser. La N1 est conçu pour être doté de moteurs fonctionnant a l’oxygène liquide, ce que Gloushkov refuse en mettant en avant l’instabilité de la combustion et la taille trop importante des moteurs.

Dix millions de dollars plus tard, Von Braun progresse dans la conception de ses moteurs. La nouvelle plaque d’injecteurs contient l’instabilité de la combustion, mais son origine n’est toujours pas identifiée. Le problème peut resurgir. Il décide tout de même de construire les moteurs.

5 moteurs pour Saturn V, 30 pour la N1

5 moteurs pour Saturn V, 30 pour la N1

Fusées Saturn V et N1

Fusées Saturn V et N1

18 Mars 1965 : Les soviétiques montrent au monde qu’ils sont toujours au premier rang. Depuis la capsule Voskhod 2, Alekseï Leonov s’apprête a sortir dans l’espace a 190 km de la Terre.

Au moment de rentrer, Leonov présente des difficultés pour regagner sa capsule. Son scaphandre s’est dilaté et ne peut plus passer dans le sas. Apres 12 minutes de lutte, il finit par regagner le sas. Il sera resté 22mn et 41 secondes dans l’espace.

Alexei Leonov

Alexei Leonov

Module Voskhod 2

Module Voskhod 2

La nouvelle arrive aux Etats Unis, et Von Braun suppose que les Russes ont encore de l’avance.

Korolev obtient la moitié des fonds demandés, ce qui lui permet tout de même de construire sa fusée. Il trouve un remplacant a Gloushkov :Nikolaï Kouznestsov concevra les moteurs de la N1.

Octobre 1965 : une maquette grandeur nature de la capsule qui devra emmener les cosmonautes sur la lune est construite : Soyouz est né

La nouveauté réside dans le fait que la capsule sera pilotable de l’intérieur contrairement a la capsule Vostok.

La capsule Soyouz

La capsule Soyouz

Leonov, Gagarine et Komarov sont les trois candidats pour la Lune et sont invités par Korolev a decouvrir le vaisseau.

Lors de cette visite, Korolev est pris de douleurs a la poitrine. Il doit se reposer et son adjoint depuis 20 ans, Vassili Michine, prend les rennes. La pression est énorme et il manque de peu a démissionner.

Pour la seule année 1965, les Etats Unis ont alloués a la Nasa 5 milliards de dollars. La Nasa a concut un nouveau vaisseau spatial : Le Gemini, et envoie dans l’espace des hommes tous les deux mois environ. Ils font des sorties dans l’espace, font des manœuvres d’arrimage, restent en orbite pendant 2 semaines.

La capsule Gemini (ici Gemini 7)

La capsule Gemini (ici Gemini 7)

Korolev ne peut pas rivaliser.

14 Janvier 1966 : Korolev est hospitalisé pour une tumeur. Lors de l’opération, son cœur, fragilisé par son passé au Goulag, et au stress accumulé des derniers temps, ne résiste pas a l’anesthésie.

Apres vingt ans d’anonymat,le président Leonid Brejnev decide de révéler le nom du génie qui a conçu le programme spatial soviétique.

Von Braun, ainsi que le monde entier apprend son nom. Il a droit a des funérailles nationales sur la Place Rouge, et devient un héro du peuple soviétique.

Dorenavant, c’est Vassili Michine qui prend la releve.

Vassili Michine

Vassili Michine

La fusée Saturn V est en cours d’assemblage a Cap Canaveral. La Nasa est presque prête a lancer le programme Apollo.

27 Janvier 1967 : La mission Apollo 1 est en cours. Gus Grissom, Ed White et Roger Chaffee sont les astronautes retenus pour cette mission. Ils rentrent  dans la nouvelle capsule Apollo pour un dernier entrainement au sol.

Un court circuit sous le siège de Grissom et une capsule sous oxygène pur l’embrasa sans laisse aucune chance a l’équipage de s’en sortir.

Apollo_1_patch

Equipage d'Apollo 1 : Ed White, Gus Grissom et Roger Chaffee.

Equipage d’Apollo 1 : Ed White, Gus Grissom et Roger Chaffee.

La Nasa doit reprendre entièrement la conception de sa capsule, aucune autre mission n’aura lieu en 1967.

Joseph Kittinger, premier homme a avoir sauté d’une nacelle a une altitude de 31000m (voir article  https://stephanepecourt.wordpress.com/2013/09/11/les-premiers-astronautes/  ) avait déconseillé a la Nasa d’utiliser l’oxygène pur dans le module mais n’a pas été écouté .

A peine trois mois après la catastrophe, les soviétiques sont prêt a tester leur propre capsule : le Soyouz.

Une fois en orbite, Vladimir Komarov, a des soucis avec le module : un des deux panneaux solaires refusent de s’ouvrir ce qui privent la capsule d’énergie, et donc aucun instrument de bord ne fonctionne. La commande automatique de ré-entrée dans l »atmosphère tombe en panne a son tour.

Son seul espoir est de piloter lui même le module jusqu’au sol. Ses chances d’y arriver sont minces mais il parvient a rentrer dans l’atmosphère sans embûche. Malheureusement, ce sont les parachutes qui défaillent et le Soyouz s’écrase au sol avec son occupant.

Vladimir Komarov

Vladimir Komarov

Deux mois plus tard, c’est Youri Gagarine qui trouve la mort lors d’un accident d’avion.

Sa disparition, si peu de temps après Korolev, assène un coup fatal au programme spatial soviétique.

04 avril 1968 : Aux Etats Unis, Von Braun est prêt pour son vol d’essai inhabité de sa fusée SaturnV. Elle est haute de 110m et représente le poids le plus lourd a ne jamais avoir quitté le sol (plus lourd qu’un croiseur). 150 personnes sont nécessaire pour contrôler le lancement. Sa mission est de placer une capsule Apollo inhabitée en orbite.

Tout repose sur la fiabilité des moteurs.

Mise a part la bombe nucléaire, la fusée SaturnV est l’engin le plus bruyant jamais construit par l’homme. Tous les détecteurs sismiques des Etats Unis ressentent la secousse du décollage.

Le vol se déroule parfaitement jusqu’à la 125eme seconde. La fusée perd de la puissance, de violentes vibrations prennent a mal le lanceur qui risque de détruire la fusée.

Le danger est écarté lors de la séparation du 1er étage. Mais très vite un problème resurgit. Le propulseur 2 est coupé, puis encore deux autres. La fusée retombe et la décision d’annuler la mission se dessine. La fusée finit tout de même par se placer en orbite.

Mais avec de tels problèmes de propulseurs, Von Braun ne peut pas se permettre de lancer un module habité.

Les Russes aussi ont des problèmes de propulseurs. Nikolaï Kouznestsov décide de rajouter des moteurs pour produire plus de puissance. Le 1er étage de la fusée sera doté de 30 moteurs. Il est immédiatement critiqué par son prédécesseur : Valentin Gloushkov. La N1 ira tout de même prendre sa place sur l’ère de lancement.

Mais des ingénieurs découvrent vite des fissures dans le revêtement extérieur. Les cosmonautes ont perdu confiance en Vassili Michine, mais sont tous prêt a risquer leur vie pour battre les Américains. Ils demandent a partir en mission malgré les risques, mais leur requête est refusé.

Les Américains découvrent l’existence de la N1 et pensent que les Russes sont sur le point d’envoyer un équipage en orbite autours de la Lune. Apres réflexion, Von Braun et son équipe décide de ne pas leur laisser cette opportunité. Apollo VIII ira en orbite autours de la Lune avec un équipage malgré l’absence de vol d’essai pour résoudre les problèmes de moteurs et de vibration.

Blason Apollo 8

Blason Apollo 8

Module Apollo 8

Module Apollo 8

21 décembre 1968 : Apollo VIII décolle sans encombre et envoie le commandant Franck Borman, le pilote du module de commande Jim Lovell, et le pilote du module lunaire William A. Anders, a travers l’espace pour un voyage de 380.000 km pour se placer en orbite autours de la Lune.

Equipage d'Apollo 8 : de gauche a droite : William Anders, James Lovell, Franck Borman

Equipage d’Apollo 8 : de gauche a droite : William Anders, James Lovell, Franck Borman

Lancement d'Apollo 8

Lancement d’Apollo 8

A la veille de Noel, ils atteignent leur destination. Lorsqu’ils disparaissent derrière la Lune, tout contact radio est interrompue. Ils doivent réussir leur mise en orbite au risque de continuer leur route dans l’espace. Lorsqu’ils resurgissent, les astronautes sont faces a un levé de Terre, seuls a assister au spectacle en direct de leur capsule.

video de la reconstitution de la vision de l’equipage http://youtu.be/0N8yvxCsrBk

Vue de l’équipage d'Apollo 8 lorsqu'elle réapparaît depuis la face cachée de la Lune

Vue de l’équipage d’Apollo 8 lorsqu’elle réapparaît depuis la face cachée de la Lune

L’équipage a survolé la surface de la Lune a moins de 120km.

Apollo VIII amerrit le 27 décembre 1968. La prochaine étape consistera a poser un homme sur la Lune.

03 juillet 1969 : A peine 17 jours avant la mission américaine vers la Lune, Michine est prêt pour un vol inhabité de sa fusée lunaire. La fusée ne s’élèvera presque pas, et explose. C’est l’explosion la plus puissante de l’aérospatiale et des débris sont expulsés a plus de 10 km. L’echec est resté secret d’état pendant 20 ans.

Pour s’assurer qu’aucun fabriquant ne puisse revendiquer la bannière planté sur la Lune, c’est une secretaire de la NASA qui choisit le drapeau.

16 Juillet 1969 : Le commandant Neil Armstrong, Edwin « Buzz » Aldrin et Michael Collins se préparent au lancement.

Equipage d'Apollo 11 : de gauche a droite Neil Armstrong, Michael Collins, Edwin "Buzz" Aldrin

Equipage d’Apollo 11 : de gauche a droite Neil Armstrong, Michael Collins, Edwin « Buzz » Aldrin

Un million de personnes a Cap Canaveral. 500 millions de telespectateurs a travers le monde.

25 ans s’est écoulé depuis que Von Braun a apporté aux Etats Unis son savoir en matière de fusée. Il va bientôt réaliser son rêve d’envoyer un homme sur la Lune

20 juillet 1969 : Collins reste dans le module de commande tandis qu’Eagle, le module lunaire, se dirige vers le sol lunaire. Alors qu’il cherche ou se poser, le carburant s’épuise dangereusement mais se pose sans incident. Neil Armstrong prononcera ses mots connus de tous :  » C’est un petit pas pour l’Homme,  un pas de géant pour l’Humanité ».

Blason Apollo 11

Blason Apollo 11

Site d'alunissage d'Apollo 11 prise par la sonde LRO en Mars 2012

Site d’alunissage d’Apollo 11 prise par la sonde LRO en Mars 2012

Alors que Armstrong et Aldrin sont sur la Lune, une sonde soviétique envoyée lors d’un dernier effort pour s’approprier un peu de gloire, survole leur site d’alunissage.

Elle s’écrase dans la Mer des Crises.

Von Braun supervisera 5 autres missions, couronnés de succès.

Sa plus grande vision, celle de construire une base lunaire avec des équipages s’envolant vers d’autres planètes sont a accomplir.

Dépourvu de projets d’envergures, Von Braun quitte la NASA en 1972.

Il meurt d’un cancer 5 ans plus tard.

L’héritage de Korolev subsiste encore aujourd’hui : R7 et Soyouz sont toujours en service.

Lien vers la video :  www.inexplique-endebat.com/article-destination-lune-1964-1969-a-la-conquete-de-l-espace-86122551.html